Select your language: Français | English | Arabe | Russian | Espagnol | Esperanto | Mandarin Chinese | Nederlands


A tous les Citoyens
du Monde


concernés par
les problèmes de l'Eau


Aquamalika part du principe que, depuis des millénaires, il y a de la vie dans les déserts, et que les connaissances qui soutiennent cette vie font partie de traditions séculaires.
Actuellement, grâce à internet et à d'autres techniques interactives, les traditions séculaires des uns peuvent être transmises à d'autres, peuples où le désert a avancé et qui n'ont pas ces traditions, ou d'une région à l'autre pour enrichir les moyens de réflexion et d'action. Aquamalika propose de s'appuyer sur ce qui existe déja comme connaissances traditionnelles, séculaires, naturelles, humaines, locales... pour déja résoudre ce qui peut l'être de cette manière et d'échanger ces savoirs et savoir-faire entre peuples.

Ce site a pour mission de stocker ces informations. Pour rendre ce partage de connaissances attractif, un concours international triennal, doté d'un prix a été créé, et les informations ainsi collectées seront accessibles dans la Médiathèque du site... Car il ne faut pas nécessairement payer ou être tributaire pour avoir de l'eau...

Et ce qui vaut pour les déserts, vaut aussi pour d'autres problèmes relatifs à l'eau dans le monde. Car il n'y a pas que le manque d'eau et la désertification. Il y a aussi la qualité de l'approvisionnement, souvent combiné avec la question de l'élimination des eaux usées (qui devraient être évacuées dans des égoûts) : en effet, dans les bidons-villes et flavellas des mégapoles, la distribution d'eau fraîche et l'élimination des eaux usées n'est pas organisée de façon rationnelle et contrôlée. Et sur les lieux de catastrophes, comme dans les camps de réfugiés, ou lors d'inondations, ou suite au tsunami, etc... les services de soin ont beaucoup de mal à endiguer les risques de contamination de l'eau, denrée si périssable et fragile. Contamination veut dire dysenteries, endémies de choléra, morts en grand nombre et principalement d'enfants.

Et les pays riches, souvent riches en eau également, la gaspillent... sans s'apercevoir quelques fois que les nappes phréatiques ne se renouvellent pas avec les chutes de pluies ou au rythme de la consommation.

Le monde se penche sur ces problèmes en organisant des congrès internationaux où sont réfléchies les questions relatives aux grands fleuves, à la répartition de l'eau entre les pays, et en proposant des solutions commerciales souvent coûteuses aux régions qui manquent d'eau.